Des 1001 façons de quitter la Moldavie

Vladimir Lortchenkov
Traduit du russe par Raphaëlle Pache

Des 1001 façons de quitter la Moldavie
  • Parution le 17 avril 2014
  • ISBN 979-10-92145-20-5
  • 20 € - 256 pages

« Vassili réfléchit un peu, puis il décréta : - Nous allons faire voler mon tracteur. »

Drôle, grotesque, cruel. Partez à la rencontre du peuple le plus pauvre d’Europe.

Ceci est l’histoire d’un petit village moldave. À Larga, tous les habitants ne rêvent que d’une chose : rejoindre l’Italie et connaître enfin la prospérité. Quitte à vendre tous leurs biens pour payer des passeurs malhonnêtes, ou à s’improviser équipe moldave de curling afin de rejoindre les compétitions internationales.
Dans cette quête fantastique, vous croiserez un pope quitté par sa femme pour un marchand d’art athée, un mécanicien génial transformant son tracteur en avion ou en sous-marin, un président de la République rêvant d’ouvrir une pizzeria… Face à mille obstacles, ces personnages résolument optimistes et un peu fous ne renonceront pas. Parviendront-ils à atteindre leur Eldorado ?

Retrouver une interview de Vladimir Lortchenkov par Bernard Strainchamps ICI

On en parle

« Un conte moderne à la fois hilarant et déchirant. » Publishers Weekly

« Un vrai coup de cœur de lecture qui m’a transporté dans le corrosif, l’humour décalé et dévastateur mais aussi sur la réflexion nécessaire face aux réalités sociétales vécues en des contrées peu repérées (…) Jubilatoire ! (…) Ce livre se referme avec la jouissance d’avoir découvert une pépite et d’avoir défoncé les rivages de la littérature contemporaine (…) Un livre percutant, alerte, excessivement humoristique, décapant. » L’express.fr

« Ils [les migrants] sont comme les personnages du truculent roman de Vladimir Lortchenckov, qui, du fond de son village reculé, s’est mis en tête de gagner l’Italie, et n’en a plus démordu.  » Philippe Boggio – Slate.fr

La Cosmopolitaine France Inter avec Vladimir Lortchenckov. A écouter ici.

« Un sens aigu du comique de situation… Un coup de cœur. » La Croix

« Moult tentatives plus branques les unes que les autres… La lecture de cet apologue inventif et jouissif, aussi hilarant que flinguant, donne mal au bide. À force de rire aux larmes, et inversement ! » Midi libre

« Foutraque et désabusé, absurde et arrosé de samogon (une eau-de-vie locale), ce roman humoristique raconte à la façon d’une comédie de village les innombrables moyens qu’inventent les habitants de Larga pour s’enfuir. » L’Opinion

« Bienvenue à Larga ! Le village le plus triste du pays le plus pauvre d’Europe ! Venez y découvrir son tramway et son pickpoket attitré, son pope messianique et son équipe internationale de curling ! Face à mille obstacles, souffrez avec son président qui ne rêve que d’ouvrir une pizzeria ou bien épaulez ce mécano qui transforme son tracteur en avion puis en sous-marin. (…) Elle explose quand même, notre vision étriquée de la vie dans ces pays d’Europe de l’Est. (…) Ce sont souvent les plus grosses claques qui font les plus grandes prises de conscience, et c’est ce que vous propose Vladimir Lortchenkov avec ses Mille et une façons de quitter la Moldavie. » Polars-addict.com

« La Moldavie, si vous êtes comme moi, vous pensez que c’est un pays imaginaire, c’est la faute à Hergé qui dans ses albums parle de la Syldavie… Une farce féroce et tendre, un roman très réussi. » Lyvres

« Voilà sans doute l’ouvrage le plus humoristique de ce printemps. » Le Revenu

« On assiste, tour à tour sidéré et amusé, à une enthousiasmante farandole d’idées folles desquelles transpirent la poésie et le désespoir, certes, mais aussi un indéniable optimisme chez les plus fous des personnages, de ceux qui pensent que oui, on peut faire voler un tracteur pour se faire la malle. » Blog Encore du Noir

« Une oeuvre à la vigueur irrésistible. » Le Salon littéraire « C’est avec beaucoup d’humour et d’auto-dérision que l’auteur nous livre un portrait acide, caustique et teinté d’une certaine mélancolie, qu’on lit pourtant avec plaisir tant les personnages sont émouvants. » Plume Libre

« Des côtés absurdes et irréductibles de la Moldavie, ainsi que de son potentiel humoristique et entreprenant, Lortchenkov fait aussi la démonstration dans son très loufoque et divertissant Des mille et une façons de quitter la Moldavie. » Passage à l’Est

« Ce roman est jubilatoire, totalement loufoque et déjanté, mais ultra original et on se régale à chaque chapitre ou presque des nouvelles idées saugrenues qui peuvent surgir pour enfin – enfin ! – atteindre l’Italie. » Les lectures de Liliba

« Absolument réjouissant, barré et burlesque. » En lisant en voyageant

« Du jamais lu, C’est frais, vivifiant, et terriblement drôle, avec bien sûr un peu d’âme slave pour la mélancolie. J’ai enfin trouvé le mot, burlesque, voilà, le mot. » Unwalkers

« Vladimir Lortchenkov est un imposteur talentueux – peintre d’une vie colorée, lumineuse, et hors norme dans un coin paumé du monde encore plongé dans les ténèbres post-soviétiques. » Vedomosti

« Méchamment drôle et réellement triste. » Le littéraire

« Ce roman donne-t-il envie de se rendre en Moldavie? Non, pas vraiment (à moins d’affectionner les no man’s lands avec des airs de décharges publiques). Nous fait-il aimer le peuple moldave? Assurément! Car par leurs faiblesses, leurs espoirs, leurs côtés jusqu’au-boutiste et leur imagination, on ne peut qu’être attendris. » Cafards at home

« Analyse décapante de la société moldave ! » Blue Moon

« On rit beaucoup en lisant ce livre drôle de Vladimir Lortchenkov, mais on rit aussi un peu jaune devant un tel dénuement et une telle malédiction, un tel acharnement de la misère. » Denis Billamboz Critiques libres

« Une série de vignette aux ambiances variées rappelant Italo Calvino. Une lecture amusante, dépaysante et recommandable. » Les lectures d’Efelle

« Des mille et une façons de quitter la Moldavie est un petit OVNI sur nos étagères, un roman à l’identité unique, qui apporte un petit bout d’un pays dont on parle bien peu. Vladimir Lortchenkov donne à ses habitants leur quart d’heure (ou quelques heures) de gloire bien mérité, entre humour et compassion. » Imaginelf

« Parce que c’est agréable de temps en temps de tomber sur un OVNI littéraire qui nous prenne totalement de court et nous fasse pousser des « oh ! » et des « ah ! », je vous recommande chaudement la lecture. » Avides Lectures

« Roman très réussi, drôle mais pas seulement, instructif[…]et finalement beaucoup plus profond qu’il pourrait paraître au premier abord. Je conseille fortement. » Lecture écriture

« Intelligent et atypique, éloigné des schémas à la mode, profus, hétéroclite, saignant, mordant, Des mille et une raisons de quitter la Moldavie est un de ces inclassables qui méritent le détour. » Mythologica

Entretien avec Vladimir Lortchenkov par British-delices-et-blinis-russes à lire ICI.

« Des mille et une façons de quitter la Moldavie est un plaisir qui se vit d’abord seul avant de se partager. » La cause littéraire

« Avec Des mille et une façons de quitter la Moldavie, on tient un roman ambitieux qui ouvre au lecteur français certes un territoire géographique avec lequel il n’est guère, pour ne pas dire absolument pas familier, mais surtout un territoire littéraire qu’il ne connaît guère mieux.  » Salon littéraire

Les libraires en parlent

« Toute la subtilité et la truculence de l’absurdité de l’est, concentrées tant dans la structure que dans la langue. Une véritable bouffée d’incongruité et de bonne humeur, un régal! » Kyralina, Librairie française à Bucarest

« Je l’ai lu avec jubilation. On pense d’abord à Paasilinna, un goût commun pour la farce corrosive. Au « Pingouin » de Kourkov, le burlesque comme bouée de sauvetage dans la déglingue post-soviétique. A notre cher Hergé, la Moldavie est une vraisemblable Syldavie. D’un pays improbable à l’image négative, « le pays le plus pauvre de l’Europe », le livre nous donne une image humaine de la Moldavie: un pays qui sait se tourner en dérision gagne du coup beaucoup en sympathie. » Librairie Henri IV Paris

« L’âme slave… A Larga comme partout en Moldavie, les habitants veulent rejoindre leur Eldorado : l’Italie. Tous ont des idées, plus saugrenues et grotesques les unes que les autres. Un inventaire fantasque et fantasmagorique où les aventures épatantes et tragi-comiques de nos aspirants migrants sont un remède anti-morosité. » Elizabeth de Fnac Noisy-le-Grand

« Parce que la vie étant ce qu’elle est et que l’herbe est toujours plus verte ailleurs, à Largas, petit village moldave, les habitants n’ont qu’une envie, rejoindre leur eldorado et pays quasi mythique: l’Italie! Tous les moyens sont bon pour y arriver et nous faire rire aux larmes par la même occasion. » France de Fnac Val d’Europe

« Fresque édifiante et résolument jubilatoire composée de portraits caustiques et réjouissants, de situations tour à tour cruelles et désopilantes. La plume est décapante, vous l’aurez compris, et la narration brillante. Vladimir Lortchenkov raconte un peuple et un pays. Méconnu, enclavé, le plus pauvre d’Europe paraît-il… » Librairie le Passeur, Bordeaux

« En finissant Des Mille et une façon de quitter la Moldavie (Ed. Mirobole), on se dit qu’il faut dorénavant compter avec l’humour moldave !!  » Quai des Brumes Strasbourg « Ce roman extrêmement savoureux et original m’évoque les meilleurs films d’Emir Kusturica, il fleure bon une Europe de l’est riche et folklorique. Ainsi merci aux jeunes Mirobole Editions pour ce road trip haletant et délicieusement tragique, qui pour le coup donne très envie d’explorer cette miséreuse et merveilleuse Moldavie! » Le coup de cœur de la librairie La Lorgnette à Mende

« Absurde et parfois cruel, un humour So British ; Made in Moldavie ! » Mlle Jessica Chretien – Coup de cœur de la Librairie La Manoeuvre. « Une comédie décapante et sanglante ! Drôle ……mais pas que ! On rit autant qu’on grince des dents. » Librairie Les 3 Souhaits

« Un roman foisonnant dans lequel l’humour est l’ultime rempart au désespoir. » Librairie Majuscule

« Cynique, touchant, drôle, surprenant!! Génial! On ne s’ennuie pas un instant! A lire! » Librairie le Divan

« Texte joyeusement absurde ou absurdement joyeux. » Librairie Colibri

« Une galerie de personnages timbrés prêts à tout pour quitter la pauvre et triste Moldavie pour rejoindre leur terre promise fantasmée : l’Italie ! ne leur demandez pas pourquoi l’Italie, ils ne sauraient pas vous répondre… Une lecture drolissime et hautement jouissive ! » Florian – Furet du Nord (C.Cial Vache Noire)

« Humour so moldave (ou) sordide, qu’on aimerait voir adapté au cinéma par Kusturica ou Wes Anderson. Brillant! » Librairie l’ouvre boîte

« Un humour piquant et un brin de poésie, tout est réuni pour vous faire voyager quelques heures à des milliers de kilomètres ! » Furet du Nord blog

« Plusieurs qualificatifs me viennent en tête pour décrire ce livre. Touchant, drôle et cruel.Si vous voulez de l’originalité et du dépaysement, ce livre est pour vous ! Je confirme, un OVNI! » Cultura Pince-Vent

« On ne peut que penser à Paasilinna quand on lit Lortchenkov. Sauf que les Moldaves sont loin d’avoir le niveau de vie des Finlandais. Sortir de la mélasse est beaucoup plus difficile près de cette mer Noire qu’au Nord de la Baltique. En tout cas, j’ai bien ri. Bravo à cet auteur. » La Géothèque

Coup de cœur Espace Culturel Leclerc Marmande

Sélection Livres à glisser dans votre valise cet été Le Libr’air

Coup de cœur Librairie des couverts Mirepoix

Coup de cœur Libraire Passages à Lyon

Coup de cœur Libraire Oiseau Siffleur à Valence

Coup de cœur Librairie Initiales

À découvrir aussi

Camp de gitans