La Tête légère

Olga Slavnikova
Traduit du russe par Raphaëlle Pache

tetelegere_3d
  • Parution le 03 novembre 2016
  • ISBN 978-2-37561-022-0
  • 22 € - 416 pages

" Un style unique, mêlant fantastique et réalité avec poésie et ironie. "

Maxime T. Ermakov, publicitaire talentueux, est aussi l’heureux détenteur d’une tête très particulière. Un jour, les agents d’obscurs services secrets sonnent à la porte de son appartement moscovite : son anomalie physique perturbe l’harmonie du monde, il doit se suicider au plus tôt, geste qui pourra sauver des millions de gens. On lui remet donc une arme en le priant de se conduire en patriote. Mais le suicide n’entre pas dans les projets de Maxime, et les agents doivent insister : ils hantent son immeuble, colportent des rumeurs dans son quartier, investissent son bureau. Bientôt Moscou le traite en ennemi social, et un nouveau jeu vidéo fait fureur : il s’agit de tuer virtuellement Maxime T. Ermakov…

Olga Slavnikova questionne l’impossible innocence humaine dans ce roman terrible et absurde servi par une écriture magnifique mêlant cruauté, ironie et poésie.

 

17620082_1310428862325935_7571784518640934078_o0001-2 0001 2

« Un roman noir plein d’humour, mélange de Kafka et de Terry Gilliam. » Libération

« Avec la Tête légère, elle nous piège aux côtés de Maxime Ermakov, un riche publicitaire, dans la monstrueuse toile d’araignée d’une histoire riche et complexe, tissée à mi-chemin entre Franz Kafka et George Orwell. » Alain Léauthier ; Marianne 

« Un roman terrible sur l’absurde et impossible innocence. » Hervé Bertho – Ouest-France

 » Une claque littéraire. On navigue aux confins du réalisme et du fantastique dans une histoire flirtant avec Kafka et Orwell, un sacré mix qui prend le lecteur à la gorge dès le départ. » Cafards at home

« Roman complètement déjanté. Divertissement assuré. L’absurdité des propos est servie à merveille par une écriture nerveuse et rythmée. » Nathalie Thibault, Châtelaine

« Un autre roman réussi d’Olga Slavnikova, où l’on rit jaune des tribulations du héros qui s’enchaînent tambour battant. L’absurde et le fantastique s’y glissent avec naturel et les mânes d’un facétieux grand-père, ex-mineur stakhanoviste, raniment, sur le mode burlesque, les démons staliniens. Une farce noire réjouissante. » Notes Bibliographiques

« Un délire kafkaïen, en plus drôle tout de même que Kafka… Gros coup de coeur. » Polarisation N°171, 40 minutes 48 secondes, Radio Zinzine

« Avec La tête légère, Olga Slavnikova écrit un roman fantasque dense, et complexe qui peut nous perdre. (…) un roman qui parle de liberté, de manipulation… et qui nous laisse pensif quant à notre liberté de jugement et d’opinion. » Les vapeurs de l’est

« Parce que La Tête légère est déroutant d’originalité. Olga Slavnikova nous propose un récit noir cynique et ironique où l’aspect fantastique ne vient qu’en toute petite touche pour souligner de nombreux travers de l’humain et de la société. » Le blog de Yuyine 

Les libraires en parlent

« Juste génial »  La zone du dehors

« Il y a du Kafka dans ce roman qui ne laisse pas indemne. Maxime T. Ermakov est un homme doté d’une tête particulière et va devenir le bouc émissaire de tout un pays. On veut l’obliger à se suicider, il rompt l’harmonie du monde… Roman cynique qui oblige à la réflexion. Belle écriture. » Astrid Fnac Toulouse