Les fleurs ne saignent pas

Alexis Ravelo
Traduit de l'espagnol par Amandine Py

FLEURS_3d
  • Parution le 20 octobre 2016
  • ISBN 978-2-37561-017-6
  • 22 € - 416 pages

« Un duel réjouissant entre petits malfrats et criminels en col blanc. »

Dans la liste des crimes les plus idiots au monde, le kidnapping de la fille d’un parrain de la mafia locale figurerait en deuxième ligne, juste après le braquage d’un commissariat de police. C’est pourtant le gros coup qu’ont décidé de monter Lola, le Marquis, le Sauvage et le Foncedé, une bande de combinards rêvant d’une vie meilleure… Bienvenue aux Canaries, un décor de carte postale et des plages paradisiaques derrière lesquelles se prépare un duel rocambolesque entre deux mondes : petits escrocs, leur code d’honneur en bandoulière, contre barons en col blanc abonnés aux magouilles et à la corruption.                                                                                   Les fleurs ne saignent pas est à la fois un roman choral superbe, un train qui n’arrêtera sa course en avant que pour un final d’apothéose, et le portrait vibrant d’une île haute en couleurs où chacun doit user d’inventivité pour se frayer un passage dans l’existence.

Rencontre avec Alexis Ravelo sur le site 7 Islands Magazine

Interview de l’auteur, traduction française par Amandine Py

« Les fleurs ne saignent pas, ce roman noir qui va vous captiver. Vous vous délecterez d’une histoire bien sombre et qui ne manque pas d’humour (noir). » LCI

« Dans le décor de carte postale des Canaries, deux mondes s’affrontent les escrocs au code d’honneur et les cols blancs magouilleurs et corrompus. »  Ouest-France.

« Avec humour et moult détails plus vrais que nature, l’auteur, natif et habitant de l’île, nous entraîne dans les péripéties de ses bras cassés. Un truc qui vire au cauchemar entre sites somptueux et personna- ges hauts en couleur La fm fait penser qu’il pourrait y avoir une suite. Nous, on en redemande. » L’Alsace

« Polar choral mené à plusieurs voix et sur plusieurs temps, avec des dialogues souvent percutants, « Les fleurs ne pleurent pas » a reçu le prix du meilleur roman au festival Valencia Negra 2015. Et c’est amplement mérité.Polar choral mené à plusieurs voix et sur plusieurs temps, avec des dialogues souvent percutants, « Les fleurs ne pleurent pas » a reçu le prix du meilleur roman au festival Valencia Negra 2015. Et c’est amplement mérité. »    Le Progrès

« L’intrigue du récit est habilement menée. Elle multiplie les retournements de situation et amuse jusqu’à son dénouement. L’humour noir qui teinte le roman atteint sa cible et installe une empathie pour des personnages pris eux aussi avec la corruption et l’insoutenable tolérance qui s’installe autour. » Le Devoir

« Dans ce décor pittoresque, coloré et baigné par le soleil, l’auteur nous entraine dans une histoire, certes de trame classique mais emportée par des personnages hauts en couleur, drôles et attachants. » Evadez-moi

« Une mécanique digne d’une montre suisse et une humanité déglinguée à la Tarentino, un excellent combo. » Albertine

« Au premier degré un gros plaisir de lecture, comme toute histoire d’arnaque bien menée. En prime, la description d’une région d’Europe que l’on connaît mal, les Canaries. Le tout emporté par un style vif et plaisant. Que demander de plus ? » Actu du noir

« 408 pages de montée en tension, autant de pages pour découvrir les dessous de tables d’une pseudo île paradisiaque, pour morfler et pour comprendre, pour frémir et s’inquiéter. » Unwalkers

« Les Canaries version noir : Vif et prenant. » Racoon, Nyctalope

« Un polar original avec des bras cassés attachants ». Le Grenier d’abondance

« Il y a un peu de Ian Levison, un zeste de Westlake, dans Les fleurs ne saignent pas,  le premier roman traduit en France d’Alexis Ravelo. Un roman qui perpétue la veine du polar classique, presque caricatural, en tout cas old school,  avec ces bras cassés, ces belles filles et ces méchants, vraiment méchants. » The killer inside me

« Ils s’appellent Lola, le Sauvage, le Foncedé, le Marquis. Ce sont des branquignols dont les rêves dépassent forcément les compétences. En préparant l’enlèvement de la fille d’un mafieux dans le décor paradisiaque des Canaries, ils se hissent au niveau des personnages déjantés de l’Américain Tim Dorsey. Mais l’île est une cage où les vrais méchants se mettent parfois à table avec les flics. Impunément.  » Black Libelle

LES LIBRAIRES EN PARLENT

« Original et grinçant, construit avec talent, haletant.. J’ai adoré! » Librairie  Les Mots doux

« J’ai passé un dimanche après-midi en compagnie de Lola, Diego et Paco et ce fut un grand plaisir. » Librairie poivre d’âne

Coup de cœur de la librairie l’Embellie.