L'Hôtel

Yana Vagner
Traduit du russe par Raphaëlle Pache

lhotel_3d
  • Parution le 05 octobre 2017
  • ISBN 978-2-37561-082-4
  • 22,90 € - 512 pages

Un thriller impressionnant de justesse sur les affres d’une communauté plongée dans la peur.

Dans la neige, une femme tente de regagner le chalet où elle voit ses amis boire et discuter tranquillement. A deux doigts de la porte salvatrice, elle trébuche et se fait poignarder. Ce n’est que le début d’un huis-clos angoissant dans un « Hôtel » situé en altitude et accessible en seul téléphérique. Neuf Russes – quatre hommes, cinq femmes – membres d’une équipe de tournage s’y sont retrouvés pour un séjour d’une semaine. L’endroit est pourvu de nourriture et de bois de chauffage en quantité. Mais les portables n’y captent pas de réseau. Et bientôt une tempête de glace coupe l’électricité. La découverte du cadavre provoque un choc parmi les personnages, surtout quand ils comprennent que le meurtrier se trouve parmi eux.

0001 (4)0001 (5)0001 20001Express0001 (6)2018-03-09-LE PARISIEN WEEK-END-09 MARS 18-10000000053816851-page-001

« Ce ne sont pas Dix petits Nègres, mais dix petits Russes. Ceux qui ont déjà ouvert les romans de cette jeune Russe penseront revivre Shining, de Kubrick. Mais Yana Vagner ajoute une dimension sociale, politique et historique qui donne une formidable étoffe à ce huis-clos psychologique.  » Julie Malaure, Le Point

« La romancière excelle dans le huis-clos psychologique. Elle en profite pour brosser un portrait édifiant de ces nouveaux riches russes, quadragénaires grandis sous les années Poutine, aussi outrés que touchants. «  Françoise Dargent, Le Figaro littéraire

« C’est Shining passé à la moulinette slave, arrosé d’innombrables rasades de vin amer et grinçant (..) Portée par un formidable sens de l’image et du détail qui claque, l’écriture est extrêmement dense, compacte. (…) Yana Vagner signe un huis clos psychologique aussi ambitieux que réussi.  » Estelle Lenartowicz, L’Express

« A travers une écriture cynique et pointue, Vagner va désosser ce groupe de personnes, entrer dans l’intimité de chacun, grâce à une grande profondeur de regard sur la nature humaine.  » Elise Lépine, Mauvais Genres, France Culture

« C’est sans doute là la grande vérité des romans de Yana Vagner : à l’origine il y a toujours des femmes et des hommes. Et s’ils sont capables du pire, ils peuvent aussi le dépasser pour essayer d’en tirer un peu de meilleur.  » Yan Lespoux, Marianne

« Huis-clos tragique sans bons ni méchants, ce roman d’un auteur à l’aise dans le post-apocalyptique conjugue ici habilement l’histoire de catastrophes personnelles qui s’achèvent en tsunami.  » François Rahier, Sud-Ouest

« Pour  bâtir  des  murs  au  sein  desquels  s’expriment  les  angoisses  de  ses  personnages, l’auteure  n’a  plus à faire  ses  preuves (…) Yana Vagner signe une allégorie caustique de l’évolution de  la société russe et de sa place actuelle dans le monde.  » F. del V., Point de vue

« L’écriture est parfaite et les différentes descriptions sont criantes de vérité. On ressort de certaines scènes totalement sonné par ce qu’on vient de vivre. Yana Vagner réussit à nous tenir en haleine tout du long et nous offre un thriller psychologique puissant. «  Plume libre

« Un polar glaçant.  » Enfin livre, Le Monde.fr

« Chacun peut être coupable, tous ayant des raisons d’être passé à l’acte et des choses à cacher. Le genre de situation qui détruit toutes les carapaces, qui bouleverse les relations et les certitudes. C’est dans ce climat inhospitalier que le talent de Yana Vagner dans le travail sur la psychologie des personnages prend toute son ampleur.  » Yuyine.be

« Ils n’ont que quelques jours, avant que la neige ne fonde, avant que le monde ne se mêle de leurs petites et grandes bassesses. Quelques jours pour trouver « qui ». Et pour comprendre « pourquoi ».  » Quand je serai petite.fr

« Yana Vagner n’a pas eu besoin d’avoir recours à une accumulation d’effets de suspens  pour rendre son histoire palpitante, son écriture a réussi à maintenir mon attention tout au long de ces cinq cents pages.  » Temps de lecture.com

« Yana Vagner a réussi à m’emporter dans la tourmente qu’elle fait subir à ses personnages.  » Bulle de lecture

« Une fable au vitriol sur la Russie actuelle. » Michel Dufranne, RTBF « Entrez sans frapper »

« L’hôtel est un magnifique roman noir sur l’errance et l’angoisse de la génération perestroïkienne (si je peux me permettre le néologisme) et post-communiste qui a du mal à accepter sa condition. Au delà du huis-clos angoissant, nous découvrons surtout une communauté qui a du mal à trouver sa place. La plume de Yana Vagner nous accroche tout de suite, l’écriture est impressionnante, fluide et pleine de petits clins d’œil aux grands noms de la littérature. » Chronique de Vous Lisez Quoi Ce Soir?

« Par son style percutant, Yana Vagner excelle dans ce huis-clos particulièrement angoissant. » Le Parisien Week-end

Les libraires en parlent

« En à peine quelques pages, Yana Vagner parvient à nous happer comme personne (…) Impressionnant de maîtrise, ce thriller psychologique à l’écriture puissante vous emportera de bout en bout. » Marianne, Librairie Les Lisières à Roubaix

« Très, très gros coup de cœur. » Lucie, Librairie Lu&Cie à Suresnes

« Un bijou ! C’est une grande œuvre littéraire sur la psyché humaine, une sorte de Crime et Châtiment contemporain, à multiples coupables, et autant de portraits psychologiques de très haute volée… » Ninon, Librairie L’Éternel retour à Paris

« Yana Vagner nous livre un Dix petits nègres à la sauce russe : subtil et réjouissant ! » Katia, Librairie L’Embarcadère à Saint-Nazaire

« Un huis-clos maîtrisé et haletant digne des références du genre ! » Delphine, Librairie Omerveilles à Grenoble

« Une belle réussite ! » Librairie L’Ecriture à Vaucresson

 » Quelle puissance d’écriture… Sa manière de rendre tout palpable, le décor, les relations entre les êtres grâce à la puissance de la langue, les images employées… Yana Vagner tisse tout cela pour créer une matière vivante, palpitante, sans concession. De la vraie littérature ! » Diane, Nouvelle Librairie Baume à Montélimar

« 500 pages étourdissantes. La virtuosité et l’imagination de Yana Vagner impressionnent. » Yann, Librairie Alpha Bureau à Monistrol-sur-Loire

« Un coup de cœur. » Céline, Librairie Folies d’encre à Gagny

« Phénoménal… Un roman d’ambiance glaçant et jubilatoire. Une écriture minutieuse et percutante. » Jade, Librairie Le Phare à Paris

« Parfaitement réussi. » Lisa, Librairie Le Square à Grenoble

« Ample et profond. «  Anne-Sophie, Librairie Le Failler à Rennes

« Un huis-clos particulièrement oppressant. Imaginez : un groupe, un cadavre et donc un meurtrier dans le groupe. Qui est-ce ? Lu et aimé, très aimé. A découvrir absolument! » Librairie Le Carnet à spirale

« Le Crime de l’Orient Express » a posé ses valises dans un hôtel perdu au cœur des Alpes, en pleine tempête de neige. Les « 9 petits nègres », amis de longue date, en sont les victimes expiatoires, coincées dans ce manoir aux boiseries craquantes,  aux faux airs de Shining. L’heure « dérèglements » de comptes a sonné. Un suspense étouffant, une amère  Comédie Humaine, une plongée dans les entrailles glaçantes d’une paranoïa rampante. » Didier, Nouvelle Librairie Baume à Montélimar

« Il s’agit là d’un polar, mais pas que ; d’un huis-clos, mais pas seulement ; de tensions historiques, mais on ne peut pas résumer L’Hôtel à cela. Bref, c’est un roman riche et complet que j’ai adoré, à consommer d’un trait avec un verre de vodka. » Librairie Sauts et Gambades à Dieulefit

À découvrir aussi

Le lac