Pères, fils, primates

Jon Bilbao
Traduit de l'espagnol par Marc Fernandez

peresfils3D
  • Parution le 14 avril 2016
  • ISBN 979-10-92145-54-0
  • 19,50 € - 288 pages

La descente aux enfers d'un entrepreneur sur fond d'alerte à l'ouragan.

Joanes est un entrepreneur en difficulté : son affaire de climatisation ne va pas fort et s’il ne signe pas ce contrat qu’il attend, il devra mettre la clé sous la porte.

Ce brillant ingénieur avait pourtant tout pour réussir. Mais sa carrière a été tuée dans l’oeuf. Au cours d’un séjour sur une plage mexicaine, au milieu des hôtels remplis de touristes, pour célébrer le second mariage de son beau-père avec une jeunette peroxydée, il va croiser son ancien professeur d’université. Il rencontrera aussi un chimpanzé très spécial. Alors qu’un ouragan frappe les îles mexicaines, Joanes plonge dans le burn-outet l’obsession de la vengeance…

Un très beau roman noir sur fond de tornade, entre Le Couperet de Donald Westlake et Shining de Stephen King.

« Prix Otras voces, Otros ámbitos »

Entretien Polar en cabane

ON EN PARLE

« Singulière fable sur la manipulation et la vengeance au parfum vaguement surréaliste. » 3/3 étoiles dans Le Figaro Magazine

« Le magnifique parcours littéraire de Jon Bilbao connaît un jalon brillant dans ce livre, mise en œuvre parfaite des règles non écrites de la novella. Un roman dense et abouti, intrigant autant que passionnant. Rien de trop, et tout y est. » El Pais

« Le récit, de plus en plus glauque, allie une dose de détachement à un fond de farce tragique plutôt réussi. » Aqui !

« Prenez un ingénieur en climatisation, plongez-le dans la mer (sur une plage mexicaine) et dans un océan d’ennuis, et faites lui croiser un chimpanzé, enfin c’est ce que vous croyez… et vous lirez Pères, fils, primates » ELLE

« Cet ouvrage fait partie des livres qu’on ne peut relâcher avant la fin. On passe un excellent moment entre les mains d’un auteur talentueux, accessible dans la langue et profond dans les propos (…) Avis aux amateurs, ce roman noir est une belle réussite. » Le Capharnaüm éclairé

« Étrangeté, malaise, appréhension s’unissent et culminent dans un épilogue inattendu, c’est très bon ! » Cunéipage (blog)

« Pères, fils, primates est un roman noir inconfortable, troublant, ébouriffant. » Bob Polar Express

« Jubilatoire, un peu comme si Tarantino s’était glissé dans la peau (ou la plume) de l’auteur ! » Psychedeslivres

« Ne vous refusez pas cette curiosité, cette friandise exotique. » Jeanne Desaubry (blog)

LES LIBRAIRES

« Pas de chichis ni de compromis chez Bilbao, juste une sale vérité qui n’est pas bonne à dire mais superbe à écrire : l’Homme est une saloperie pour l’Homme.
C’est donc un livre qui, selon moi, s’inscrit dans la tradition du roman Noir et du roman social. Un roman dur à l’écriture simple et sans excès qui nous parle de notre déchéance. Un très très bon roman »   Librairie Humeurs Noires

« Jon Bilbao nous conte avec humour les tribulations et la revanche d’un entrepreneur raté. Un roman noir social et caustique, nouvelle découverte des éditions bordelaises Mirobole. »   Mollat

« Pour les amateurs de roman noir, n’hésitez plus et lisez « Pères, fils et primates », de Jon Bilbao, paru chez Mirobole Editions. (…) La tension et la paranoïa augmentent en même temps que les rafales de vent dans ce roman nerveux, efficace et plein d’humanité perdue… »   Librairie Gwalarn

« C’est avec brio que Jon Bilbao fait monter progressivement la tension dramatique jusqu’à son apogée…dans un épisode digne d’un film de Tarantino!  Un roman noir à la mécanique glaçante et efficace ! » Coup  de cœur de la librairie La Rose des vents à Dreux

« Un roman qui vous plonge d’emblée dans un bain poisseux… Paranoïaques s’abstenir. » Librairie Deloche à Montauban