Un bon écrivain est un écrivain mort

Guillaume Chérel

écrivain_3D
  • Parution le 15 septembre 2016
  • ISBN 978-2-37561-032-9
  • 19.50 € - 224 pages

« Le polar décalé de la rentrée littéraire : les Dix petits nègres dans une résidence d’écrivains français médiatiques… »

Augustin Traquenard doit animer un débat littéraire dans un ancien monastère des Alpes-Maritimes.

Seront présents dix écrivains très médiatiques, les poids lourds de l’édition  : Frédéric Belvédère, Michel Ouzbek, Amélie Latombe, Delphine Végane, David Mikonos, Kathy Podcol, Tatiana de Roseray, Christine Légo, Jean de Moisson et Yann Moite. Chacun a reçu un courrier anonyme le conviant pour le week-end dans l’austère bâtisse reconvertie en résidence d’auteurs.
Tout est fin prêt pour l’événement  : l’entrée du train en gare de Saorge, la rencontre devant un public ravi de voir les stars de Saint-Germain-des-Prés, les questions sur le thème « Littérature et modernité », le cocktail dînatoire puis la séance de dédicaces.
Mais rien ne se passe selon le programme.
Dès l ’arrivée au couvent, l’histoire dérape.
C’est bien connu, un bon écrivain est un écrivain mort.

0001-240001-2

Interview de Guillaume Chérel pour Le salon littéraire (linternaute)

« Un roman jubilatoire, très très drôle. On passe un moment délicieux. » France Bleu Besançon

« Avis à toutes celles et ceux que les têtes de gondole irritent, ce livre est fait pour vous. Farce littéraire, pastiche, à vous de voir. Guillaume Chérel distille petites phrases assassines et bienveillance, peignant un tableau sans concession de nos lectures, de leurs auteurs et de l’emballement médiatique qu’ils génèrent. » Gascogne FM

« Enfin un peu de mauvais esprit… En pleine rentrée littéraire, Guillaume Chérel sort une bouffonnerie insolente : un Who’s who différent du milieu de l’édition. » Le Figaro Magazine

« Parodie littéraire pour polar déjanté : Un brûlot fort sur ce qu’est la littérature, ce qu’elle doit représenter dans l’idéal : un acte de résistance. » l’Humanité 

« L’analyse du marigot est un jeu de massacre. » Lionel Germain – Sud Ouest

« Un bon écrivain est un écrivain mort, le roman à clés de Guillaume Chérel qui démarre en fanfare en canardant les dix écrivains encombrants de la littérature française bêlante et best-sellante du jour. Pseudos en bandoulière –Michel Ouzbek, Delphine Végane, Yann Moite… –, intrigue parodiant les Dix Petits Nègres d’Agatha Christie, portraits au vitriol : on en redemande » Vanity Fair

« Cet ouvrage est à prendre pour ce qu’il est, une farce. Il se lit facilement et peut même provoquer au début de vrais fous rire. À prévoir d’offrir en cette période où l’on songe déjà aux cadeaux, car la couverture à elle seule mérite qu’on s’y attarde. » Actualitté

« Guillaume Chérel a signé ici le roman de l’anti-rentrée littéraire. Dé-li-cieux ! » Impudique Magazine

« Guillaume Chérel, avec astuce, n’a-t-il pas écrit seulement le roman de la rentrée de l’année 2016 ou de bien de rentrées littéraires passées, mais aussi – frémissons et tremblons –  le roman de nombreuses rentrées littéraires encore à venir. » Blog Mythologica

« Chacun voit son cas personnel disséqué par quelques formules bien à propos, aussi courtes qu’incisives et implacables. Je me suis régalé. » Le Capharnaüm éclairé

« Le cabotin en puissance (qui) nous a fait là une pépite de la rentrée littéraire. » Blog l’Atelier de Laulo

« Le lecteur amateur de littérature ne pourra que se réjouir de ce pastiche particulièrement réussi. » A l’écoute des livres

« Entraînant, ce polar est truffé de références bien senties, discrètes mais judicieuses, et de bons mots. Le tout est savoureux – et surtout tordant. » Sophie Adriansen (blog)

« Un roman policier décalé, une satire du milieu littéraire parisien jubilatoire ! Des portraits au vitriol à mourir de rire… A lire absolument ! » Le blog de Moon

« Guillaume Chérel décide de livrer un pastiche drôlatique (…) se glissent aussi quelques vérités croustillantes et une dose de méchanceté savoureuse. De temps en temps, c’est permis et ça fait du bien… » Blog Mots pour Mots

« Lorsque Guillaume Chérel rencontre Guillaume Charal, au monastère de Saorge, ce qui se produit est d’abord mystérieux et inattendu, puis l’alchimie opère. Quelque chose qui se démarque et qui en même temps s’inscrit dans la sphère littéraire, c’est neuf et frais. » Blog d’Isabelle Kevorkian

« Chérel est un iconoclaste qui sait jouer avec le clavier du monde littéraire. (…) “Un bon écrivain est un écrivain mort” est l’une des surprises pleine d’humour de la rentrée littéraire. » Archibald Ploom – Culture Chronique

« Réécriture des Dix petits nègres sauce roman gothique mâtinée de Nom de la Rose, ce roman très original est un véritable exercice d’humour noir et de satire. » Cultur’Elle

« Tout dans ce roman est placé sous le signe des jeux de mots et des caricatures. Prévoyez de l’huile car l’humour est grinçant à chaque page. » Babeth, Liseuse de Bordeaux

« Des disparitions, des victimes, du mystère, de l’étrangeté, cette intrigue n’en manque pas. Avec même une crypte et des ossements. » Action – Suspense

« Je m’en suis délectée. Le ton est caustique et chacun en prend pour son grade. S’en suivent des dialogues hilarants pour se flinguer les uns les autres. De vrais chiffonniers ! Bref je vous laisse le découvrir, j’ai été conquise dès les premières lignes. » Surbookée

« Ces piques – intelligemment noyées dans une histoire de disparitions successives dans un monastère lugubre – laissent une impression étrange et une sensation de malaise… On rigole beaucoup, mais le message est pourtant clair : la littérature française contemporaine – écrivains comme éditeurs – l’écoeure. » Abracadabooks

« C’est pas bien de se moquer, mais c’est quand même un peu réjouissant de se faire le complice de ces portraits satiriques mais sacrément bien restitués , de ces auteurs qu’on adore (ou qu’on déteste), et qui font le buzz lors de chaque traditionnelle rentrées littéraires. » Page après page

Les libraires en parlent

« Voulez-vous faire une pause dans cette Rentrée littéraire? Guillaume Chérel a eu l’excellente idée de nous concocter une histoire avec des écrivains hautement célèbres comme: Amélie « Latombe » , Frédéric « Belvédère » , Michel « Ouzbek » , Delphine « Végane » …dans une ambiance « Dix petits nègres » d’Agatha Christie .Une histoire farfelue, mais tellement rafraîchissante! »   Espace culturel PLOUGASTEL

« Les enfants ne loupez pas ce roman, c’est un pur régal !! C’est méchant, c’est drôle et c’est… vrai !!!! Quel plaisir de lire tout haut ce que beaucoup pense tout bas sur le milieu de l’édition ! Les formules font mouches, les portraits sont fait avec un humour qui fait des morts à chaque phrase, l’histoire est irrésistible de drôlerie ! Ce roman est un anti attrape couillon !! Devrait être remboursé par la sécu ! Précipitez-vous, un livre qui fait du bien et libère les neurones ! Vive la liberté… »  La griffe noire

« L’un de nos romans préférés de cette rentrée » Librairie L’Archipel des mots, Vannes

« Une écriture parodique sur la rentrée littéraire. »  Au Temps Lire Lambersart

« Si vous en avez assez de ce cirque médiatique de la rentrée littéraire, ce livre est fait pour vous ».  La boite à livre, Tours