Un été sans dormir

Bram Dehouck
Traduit du néerlandais (belgique) par Emmanuèle Sandron

BRAM3D
  • Parution le 20 septembre 2018
  • ISBN 9782375610473
  • 19.50 € - 256 pages

Un polar belge et méchant.

C’est arrivé près de chez vous, un été étouffant, à Windhoek, petit village belge sans histoire…

Jusqu’au jour où la municipalité fait installer des éoliennes. Ce bruit de pales ! Flap, flap, flap. Le boucher en perd le sommeil. Plusieurs nuits d’insomnie et il pique du nez dans sa spécialité, une recette dont les clients raffolent. Dès lors, par un effet domino aussi logique qu’absurde, les catastrophes s’enchaînent, les instincts se libèrent, et les vengeances s’exercent… Pour le pharmacien, les amants cachés, le jeune désœuvré ou la femme du facteur, rien ne sera plus pareil à Windhoek.

43878912_1923788467656635_8041121660872425472_n Coup de coeur Lionel librairie des Signes0002 (1)42182214_687186934983834_2483645906419712000_ncoup de coeur Mérignac Mondésir 0001LOBS0001coup de coeur Romane, Sauts et Gambades

« Un polar qui sort du lot : acide et désopilant. » Elise Lépine, Livres Hebdo

« Une farce grotesque à l’humour noir et belge, entre un épisode de Strip Tease et un film de Chabrol. » Frantz Hoez, L’Obs

« Sa grande force stylistique : nous faire comprendre que cela va se produire sans que le récit ne nous y prépare vraiment… » Eric Blaise, La Voix du Nord

« Sous ses faux airs de Desperate Housewives à la flamande, le roman du Belge Bram Dehouck nous propose une galerie de personnages ressemblant à s’y méprendre à nos propres voisins. » Branchés culture

« Génial ! Comme si Tarantino avait décidé de réaliser une nouvelle version de C’est arrivé près de chez vous… » Elise Lépine, émission « Polar+ » sur Canal+ à visionner ici à partir de 15 min 20

« Un succès de noirceur et d’humour. » Unwalkers 

« Ce roman aussi noir que son humour ravageur fait indéniablement penser au film C’est arrivé près de chez vous, à cet humour belge cruel et lucide présent également dans les Idées noires de Franquin, mais aussi à l’absurde d’un Ionesco un brin facétieux. Les enchaînements de détails, parfois infimes, menant aux diverses catastrophes, sont écrit en virtuose, à la perfection.  » Quatre sans quatre

« Un polar belge servi bien noir qui m’a totalement emporté, ne me laissant pas d’autre choix que de continuer ma lecture jusqu’à la dernière page tant j’ai été pris par les personnages et l’histoire. Attention, petite bombe littéraire ! » Le Capharnaüm éclairé

« Avec sa galerie de personnages croqués avec acidité ou tendresse (oh ! petite Saskia !), son scénario millimétré et inexorable, vous ne pourrez plus lâcher le roman, tant Un été sans dormir se lit d’une traite.  » Les pipelettes en parlent

 » Énorme, grotesque, ubuesque mais tellement jubilatoire, Un été sans dormir est un roman qui sort de l’ordinaire, une histoire impossible à raconter, une tragi-comédie à l’humour noir et grinçant, comme les Belges savent les faire.  » Plume libre

« Construit comme une machine infernale qui distillerait du sérum de vérité, ce roman à l’intrigue tendue nous embarque dans l’envers du décor de la comédie humaine, avec d’autant plus de force que les personnages mis en scène ressemblent comme deux gouttes d’eau à nos voisins ! » A vos marques tapage

 » burlesque bruguelien (…) Un été sans dormir parvient à parfaitement donner idée et poids d’une intoxication collective comme d’un cauchemar. » La Viduité

« Entre le fou-rire et les larmes, Bram Dehouck réécrit avec brio la thèse de l’effet papillon. » TMV Tours le Mag

« Une merveille d’humour noir. Un chef d’oeuvre de cynisme » Olivier, librairie La joie de lire à Toulon

« Plongez dans une folie truculente rythmée par le bruit des pales… Un régal ! » Karine, librairie Maison de la presse Mérignac Mondésir

« Un polar drôle et cruel.  » Delphine, librairie AB à Lunel

 » C’est terrible, c’est tragique mais qu’est ce que c’est drôle !  » Hugo, librairie de Paris à Saint-Etienne

Coup de cœur Delphine, librairie Grangier à Dijon

« Un effet domino aussi absurde que meurtrier… Les mentalités petites et hypocrites se révèlent, s’échauffent et se libèrent dans ce roman noir délicieusement cynique au charme belge ! » Claire, librairie Pleine Lune à Tassin

« Un été sans dormir s’ancre dans un esprit permanent belge, totalement décalé, noir, surréaliste, popularisé au cinéma par un Poelvoorde, entre autres. C’est l’histoire d’éoliennes qui vont répandre un vent de folie dans des cerveaux qui ne demandaient qu’à dérailler. C’est grinçant et drôle, un peu scato, carrément délirant. Et en même temps ultra-réaliste. Une sale blague comme peut l’être la vie quelquefois. » Lionel, librairie des signes à Compiègnes

À découvrir aussi

couv_bretzel_rita